Hypnose Ericksonienne Thérapie Brève

Chirurgie carotidienne: Hypnose et anesthésie locorégionale

Formation Hypnose Medicale - lundi 12 août 2019 - 13:58
Dominique MONTOY, Infirmière anesthésiste en chirurgie vasculaire à Lyon. Son constat : avec la pratique de l’hypnose, la consommation des produits analgésiques et anxiolytiques couramment utilisés en anesthésie baisse et le confort des patients et des soignants augmente. Sa relation aux patients douloureux se structure et des perspectives s’ouvrent. Au bloc de chirurgie vasculaire où j’exerce à Lyon, toutes les chirurgies de la carotide se réalisent sous anesthésie locorégionale : ALR, sauf contre-indications majeures.

Le traitement chirurgical de la sténose carotidienne consiste à réaliser une endartériectomie de l’artère, c’est-à-dire l’ablation de la plaque d’athérome qui l’obstrue.

Au cours de cette opération, le chirurgien clampe la carotide, interrompant son flux artériel. La tolérance du cerveau à cette interruption de vascularisation ne peut être évaluée que si le patient est gardé conscient, donc sous ALR, pour être testé neurologiquement. Si le clampage carotidien n’est pas toléré, le chirurgien met alors une dérivation temporaire appelée « shunt » garantissant ainsi la vascularisation du cerveau. L’anesthésie, réalisée sous contrôle échoguidé, consiste à bloquer le plexus cervical qui participe entre autres à l’innervation du cou.

L’ALR et la chirurgie sont des temps anxiogènes et douloureux pour le patient. Il arrive même que la toux, la dysphagie et la stase salivaire, effets adverses de l’anesthésie, compromettent la réalisation de la chirurgie et imposent la conversion de l’ALR en anesthésie générale. Il est vrai que pour une meilleure tolérance, une sédation intraveineuse par des narcotiques (midazolam) et des morphiniques (alfentanil, rémifentanil) est parfois associée, mais elle est en première intention évitée, car elle altère la vigilance du patient et compromet la juste évaluation de son état neurologique.

Dans ce contexte, l’utilisation de l’hypnose est salvatrice et transforme le passage du patient au bloc opératoire en une expérience réconfortante et profitable.

Il n’y a évidemment pas de séance d’hypnose standard, cependant l’accompagnement que je propose aux patients s’articule et se déroule selon un schéma à la fois global, fondé sur l’enchaînement bien réglé d’actes de soins invasifs, pose de voies veineuses périphériques, réalisation du bloc cervical et chirurgie, et aussi adapté au plus près à chacun. Si le langage et toutes les techniques hypnotiques que j’utilise, dès lors qu’elles sont maîtrisées, induisent les améliorations attendues, la suggestion reste toutefois dans ce type de prise en soins la clé de voûte de ma pratique hypnotique.

C’est en opposant une suggestion hypnotique à chaque effet adverse de l’anesthésie que l’impact négatif induit par cet effet et par sa kyrielle de désagréments, diminue voire disparaît.
Nous nous limiterons à l’accompagnement hypnotique du patient, de son accueil au bloc opératoire jusqu’à la réalisation de son anesthésie.

Au bloc, les ALR se réalisent en salle de surveillance post-interventionnelle : SSPI. Le patient y attend, déjà dissocié par le stress, par la peur d’avoir mal ou celle de l’accident vasculaire cérébral. Ainsi, à l’instant où nous lions connaissance, induire le processus hypnotique est superflu. L’essentiel consiste à transformer rapidement la transe hypnotique négative déjà induite en transe positive.

La communication hypnotique est un support essentiel pour y parvenir rapidement. Avant d’entamer une conversation apparemment anodine dont l’objectif principal reste donc d’ancrer la dissociation, d’approfondir la transe hypnotique positive et ’identifier à petits pas en cas de résistance l’origine du conditionnement négatif pour amener ensuite le patient à vivre l’instant différemment, il est simple d’initier l’alliance thérapeutique par trois premières questions dont les réponses sont assurément « oui ». L’amorce de l’échange est un temps dans lequel je me place particulièrement en ouverture avec le patient.

Lire la suite

- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
Hypnose et anesthésie: suggestions verbales. Dr Laurence LE GOURRIER
En 2002 au Congrès Agora à Rennes, j’assiste à un atelier « hypnose et anesthésie » animé par Claude Virot. Je comprends immédiatement l’intérêt pratique de l’effet anxiolytique et analgésique des suggestions hypnotiques. En effet, praticien hospitalier, je pratique « largue à mains nues » – mais gantées tout de même – l’anesthésie locorégionale (ALR) en orthopédie et en traumatologie.
L'approche intégrative: psychosomatique et HTSMA. Mady FAUCOUP GATINEAU
Cet article fait suite à un autre paru dans la Revue numéro 47. J’ai présenté le travail du Dr Eric Bardot, psychiatre et pédopsychiatre à Nantes qui développe depuis une quinzaine d’années une pratique thérapeutique originale : l’HTSMA. Si l’HTSMA mettait en lien l’hypnose, la thérapie stratégique et les mouvements alternatifs, l’approche dépasse l’idée d’une conjonction de ces pratiques.
La douleur chronique: le monstre. Marc PICARD-DESTELAN
Notre contexte culturel nous invite à prêter une grande importance à ce qui se voit. La place de l’image dans l’information journalistique est évidente. Mais en médecine aussi le summum de la preuve est souvent constitué par l’image. Elle offre un appui fréquemment décisif dans les diagnostics. La position du douloureux chronique n’en est que plus difficile : il a mal, mais ça ne se voit pas.
Note septième. Selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
De l’attente ou la relation du troisième type. Quel est le mode de la relation thérapeutique efficient en hypnose, s’interroge François Roustang, ou comment s’en approcher au plus près et tenter de le définir ? Pour apporter quelque réponse à cette question, l’auteur s’emploie à considérer le type de changement attendu au terme d’un moment thérapeutique en hypnose. La modification envisagée peut être, en effet, de natures diverses. François Roustang détaille en cela trois types distincts de modifications.
Edito Dr Henri BENSOUSSAN: Douleur Douceur
Soyons polémiques. Les fake news n’ont pas seulement envahi l’espace politique et sociétal, elles ont désormais envahi l’espace médical. La situation peut être résumée en décrivant deux camps qui se « radicalisent » au point de rendre impossible ou presque tout dialogue. Dans le premier camp la médecine par les preuves ; dans l’autre les médecines alternatives, parmi lesquelles l’homéopathie est actuellement la plus attaquée. (L’hypnose pourrait suivre si certaines de ses pratiques ne changent pas.)
Nos patients super-héros. Antoine ROGÉ
« Vous vous en sortez très bien, vous êtes l’être le plus capable, le plus qualifié et digne de confiance que je connaisse : vous ferez ça très bien. » Cette citation n’est pas de Milton Erickson, elle aurait pu. Elle est de Tony Stark, ce nom ne vous dit peut-être rien, et si je vous dis Iron Man ? Croyez-moi, il s’y connaît en super-héros ! Le tout début de l’histoire, j’allais écrire du film, se situe en 2012 avec ma patiente Anne-Marie. Elle fréquentait le centre anti-douleur de Rouen qui venait de lui proposer des séances d’hypnose pour gérer sa fibromyalgie.
Chirurgie carotidienne: Hypnose et anesthésie locorégionale. Dominique MONTOY
Au bloc de chirurgie vasculaire où j’exerce à Lyon, toutes les chirurgies de la carotide se réalisent sous anesthésie locorégionale : ALR, sauf contre-indications majeures. Le traitement chirurgical de la sténose carotidienne consiste à réaliser une endartériectomie de l’artère, c’est-à-dire l’ablation de la plaque d’athérome qui l’obstrue.
Hypnose et thérapie familiale: créons de ponts. Nicole PRIEUR
L'Éditorial. La souffrance psychique que nous côtoyons dans nos diverses pratiques se révèle de plus en plus complexe. Aux problématiques « classiques » liées à l’enfance, aux conflits intergénérationnels, au poids de l’héritage familial, se rajoutent des souffrances spécifiques à notre XXIe siècle, problème de synchronisation, sentiment d’absurdité face à un monde incompréhensible, violences...
Systémie et Hypnose: L’hypnose, pour se guérir de la famille. Nicole PRIEUR et Bernard PRIEUR
En famille, il ne suffit pas de s’aimer pour se rendre heureux. A l’ombre des bons sentiments se trament frustrations, souffrances, règlements de comptes. L’histoire familiale véhicule son lot de drames, traumas, non-dits, secrets, mandats transgénérationnels risquant d’entraver le devenir personnel. Hypnose et systémie peuvent alléger le poids du passé pour savourer le présent, remettre le temps en mouvement, apprécier le meilleur de sa famille sans en supporter les poids inutiles.

Nos patients super-héros. Antoine ROGÉ

Formation Hypnose Medicale - lundi 12 août 2019 - 13:42
Antoine ROGÉ, Masseur-kinésithérapeute libéral en Normandie. Formé à l’hypnose en 2015 chez Emergences. DU Prise en charge de la douleur à la Faculté de médecine de Rouen. Membre de l’Institut Milton Erickson de Normandie. « Vous vous en sortez très bien, vous êtes l’être le plus capable, le plus qualifié et digne de confiance que je connaisse : vous ferez ça très bien. » Cette citation n’est pas de Milton Erickson, elle aurait pu. Elle est de Tony Stark, ce nom ne vous dit peut-être rien, et si je vous dis Iron Man ? Croyez-moi, il s’y connaît en super-héros !

Le tout début de l’histoire, j’allais écrire du film, se situe en 2012 avec ma patiente Anne-Marie. Elle fréquentait le centre anti-douleur de Rouen qui venait de lui proposer des séances d’hypnose pour gérer sa fibromyalgie. Elle m’en avait fait part et je me souviens de ma re- marque « Si ça vous fait du bien, pourquoi pas ! » J’espère seulement ne pas lui avoir dit:«Ça ne peut pas vous faire de mal et puis vous n’avez rien à perdre ! » Et comme les hasards de la vie sont souvent présents, je ne parlerai pas encore de synchronisations, Anne-Marie fut choisie comme héroïne pour illustrer une conférence d’Yves Halfon et du CHU de Rouen sur la prise en charge hypnotique dans la fibromyalgie, présentée au congrès Hypnose et Douleur de Quiberon en 2012. C’est ainsi que je pris la route pour un week-end iodé et une découverte de l’hypnose, découverte interpellante et étonnante. Le processus était en route et deux ans plus tard je débutais les formations chez Emergences : « Communication thérapeutique » (2014), « Hypnose en médecine physique » (2015), « Hypnose, douleurs et troubles chroniques » (2016).

Mais entre « savoir », « savoir-faire » et « faire », il y a tout un chemin personnel parsemé de doutes et d’interrogations sur le comment oser associer hypnose et kinésithérapie. Comme dit Kierkegaard, « oser, c’est perdre pied momentanément mais ne pas oser c’est se perdre soi-même ». Alors, j’ose oser ! Oser proposer à ses patients c’est lutter contre les idées reçues : « Je ne vais plus être moi-même, vous allez prendre contrôle de mon esprit, d’ailleurs j’ai vu à la télé... » C’est leur dire que je n’ai pas de pouvoir et en Normandie, région où j’exerce, Maupassant et Barbey d’Aurevilly ne sont jamais très loin et le rebouteux ou le sorcier restent dans les imaginaires.
Oser faire ces séances d’hypnose dans le contexte du cabinet : patient assis ou allongé ? Sur une table ou sur un fauteuil ? Dans une salle de soin potentiellement anxiogène ou dans une pièce dédiée avec les couleurs et les bibelots choisis ? Les odeurs de pommade, les petits patients en kinésithérapie respiratoire et leurs pleurs sonores. Et encore, choisir une transe for- melle ou pas et aussi choisir les « bons » patients comme il était souvent dit en formation : « commencez par des cas fa- ciles », mais ils sont résolus par les tech- niques kinésithérapiques. Les cas compli- qués durent dans le temps et imbriquent troubles psychologiques et troubles cor- porels et je ne suis pas psychologue.

Lire la suite

- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves

Les Etats généraux de la CFHTB

Hypnose Ericksonienne - vendredi 9 août 2019 - 10:15
Revue Hypnose & Thérapies brèves n°52. Les Etats généraux de l’hypnose clinique et thérapeutique pour « Construire ensemble l’hypnose de demain » se sont tenus les 23 et 24 novembre 2018 à l’université Paris VII Diderot.

Organisé sous la responsabilité du Dr Régis Dumas, Président de la CFHTB, suite à l’initiative du Dr Patrick Bellet, cet événement a regroupé les instituts et les associations de professionnels de santé et psychologues, tous membres actifs de la CFHTB. Lors de ces états généraux, Mme Michèle Lenoir-Salfati, directrice générale de l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), a précisé les règles d’acceptation par l’ANDPC des actions relatives à l’hypnose.

La Direction générale de la Santé considère que l’hypnose recouvre un ensemble de pratiques différentes : hypnosédation, hypnoanalgésie et hypnothérapie. Désormais les séances d’hypnose destinées à réduire la douleur ou à visée d’anesthésie sont qualifiées d’actes médicaux.

Mme Lenoir- Salfati, en accord avec les nouvelles règles d’acceptation relatives à l’hypnose, a confirmé que « les séances d’hypnose à visée antalgique sont désormais inscrites en tant qu’“acte technique médical” sous le n° ANRP001 dans la classification des actes médicaux à la ru- brique “Autres actes thérapeutiques sur le système nerveux” (1.7.). »

Ces états généraux ont réuni plus de 200 professionnels de santé et psychologues.
L’état des lieux de l’hypnose dans le monde et la francophonie.
La place de l’hypnose dans le champ de la santé, enrichie d’une relation thérapeutique nouvelle :
- dans le cadre de la médecine générale : addictions, douleur, soins palliatifs, troubles fonctionnels ;
- dans le champ de la psychiatrie : troubles anxio-dépressifs et phobiques ;
- dans le champ de l’anesthésie et de la douleur.

Les actualisations de la recherche dans le champ de la médecine et de la psychologie ont été apportées par le Pr Marie-Elisabeth Faymonville, chef de service à Liège, le Pr Antoine Bioy et le Pr Pierre Castelnau.

Une étude a montré en quoi l’hypnose constitue une économie pour la santé. La formation a été mise en avant dans le cadre de formations privées, hospitalières et universitaires.

Plusieurs chefs de service étaient présents, dont le Pr Pierre Castelnau, chef de service neuropédiatrie à Tours, qui a confirmé que, pour lui, suite à sa formation pour l’hypnose, il y a eu un avant et un après... Les infirmiers présents ont confirmé en quoi cette formation est indispensable dans leur relation au patient.

Un livre blanc reprenant les travaux, exposant les risques et dangers d’une pratique d’hypnose non encadrée par des professionnels de santé ou de soins, va être rédigé pour confirmer le cadre défini de ce que doit être l’hypnose clinique et thérapeutique.

Nous nous réjouissons tous de la participation et de l’implication à la mise en forme de ce livre blanc de tous ceux qui font la richesse et la diversité des pratiques de l’hypnose : médecins, psychologues, infirmiers, kinésithérapeutes, patients...
La rédaction est en cours sous la responsabilité de Joëlle Mignot et de Patricia Bonnabry.

- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Soins palliatifs: pour traverser la crise de l'ultime séparation

Hypnose Ericksonienne - jeudi 8 août 2019 - 11:08
Dr Evelyne MICHELI, Médecin interniste, praticien hospitalier au CHU de Dijon, à temps partagé en gériatrie d’une part et en unité de soins palliatifs d’autre part. Formation en intervention systémique et en hypnose au Ceccof. Diplôme universitaire d’hypnose médicale de l’Université de Bourgogne. Membre du CHTB : cercle d’hypnothérapie de Bourgogne. Activité clinique d’hypnose en Ehpad, en consultation externe de gériatrie et en unité de soins palliatifs. Revue Hypnose & Thérapies brèves n°52. Quand la maladie menace l’homéostasie familiale.

Tout au long du parcours plus ou moins long qui précède l’arrivée en unité de soins palliatifs, le système familial s’adapte pour faire de la place à ce nouveau personnage qu’est la maladie, les rôles se modifient de manière à préserver malgré tout l’homéostasie familiale, c’est-à-dire l’équilibre et la cohérence interne du système. Certains liens se resserrent, l’un des proches par exemple devient « l’aidant principal », d’autres liens se distendent, tel autre proche prend ses distances, tel autre enfin tente de ne rien voir et de continuer comme avant... Ainsi plusieurs crises précèdent la crise ultime, qui est celle de la toute fin de vie, lorsque le malade est encore vivant, mais qu’on perçoit de manière plus concrète le chaos qui menace le système après son décès.

La famille ne peut pas éviter cette crise de l’ultime séparation. Pourtant elle tente toujours plus ou moins d’y échapper, par exemple en retardant le moment d’entrer en unité de soins palliatifs, lieu symbolique de cette crise, ou au contraire en voulant précipiter le moment de la mort. Il est à noter que les demandes d’euthanasie procèdent souvent de l’impossibilité que ressentent le malade et sa famille d’affronter cette crise de l’ultime séparation. En effet, derrière le désir exprimé de s’épargner des souffrances inutiles, se cache le besoin de nier la réalité de cette crise ; comme si, en gommant l’épisode où elle trouve place normalement, dans une sorte de fuite en avant, il ne serait plus nécessaire d’en éprouver les effets, ce qui bien sûr est un leurre. L’hospitalisation en unité de soins palliatifs a pour fonction d’offrir un contenant pour le déroulement de cette crise, et ce n’est pas la moindre de ses missions à côté de la gestion des symptômes pénibles.

La famille a besoin de ré-idéaliser le lien d’appartenance, menacé de délitement, lorsque la réalité lui renvoie une image méconnaissable de l’un de ses membres. Le malade, de son côté, a besoin d’être re- connu jusqu’au bout comme une composante importante de la famille, alors même qu’il est en train de s’en détacher dans son travail de trépas. Il s’ensuit un tiraillement entre deux polarités opposées, l’une qui tend à rapprocher (ré-idéalisation du lien, besoin de reconnaissance), l’autre qui tend à éloigner (vécu d’étrangeté vis-à-vis du malade, détachement). Une partie de la souffrance des malades et de leurs fa- milles vient de la difficulté à tenir les positions ambivalentes que la fin de vie renforce. Le désir de garder encore son proche est douloureux non seulement parce que la réalité de la maladie s’y oppose, mais aussi parce que ce désir cohabite avec celui de le voir disparaître, créant ainsi une tension difficilement soutenable.
S’INSTALLER AU COEUR MÊME DE LA CRISE Et l’hypnose dans ces situations ? Il se- rait inadéquat de penser que l’hypnose a pour fonction principale d’échapper au réel, d’offrir un espace-refuge où l’on pourrait se débarrasser de ses problèmes et éviter la crise. Car une fois passée la séance d’hypnose, même si les symptômes sont parfois atténués, la problématique familiale reste entière. Echapper à la tyrannie du réel par l’hypnose, ce n’est pas nous absenter de nous-mêmes en voyageant vers notre safe place ou tout autre lieu de rêve, fleuri, ensoleillé, parfumé, doux et accueillant...

Lire la suite
- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

L'approche intégrative: psychosomatique et HTSMA

Hypnose Ericksonienne - mercredi 7 août 2019 - 12:07
MADY FAUCOUP GATINEAU Psychothérapeute installée en libéral à Nantes. Formée aux Thérapies brèves : Palo Alto, hypnose ericksonienne, thérapie orientée solution, stratégique et narrative et à l’HTSMA (Hypnose, thérapie stratégique et mouvements alternatifs). Revue Hypnose & Thérapies brèves n°52 Cet article fait suite à un autre paru dans la Revue numéro 47. J’ai présenté le travail du Dr Eric Bardot, psychiatre et pédopsychiatre à Nantes qui développe depuis une quinzaine d’années une pratique thérapeutique originale : l’HTSMA.

Si l’HTSMA mettait en lien l’hypnose, la thérapie stratégique et les mouvements alternatifs, l’approche dépasse l’idée d’une conjonction de ces pratiques. Nous sommes dans une approche intégrative formant un tout dans lequel il y a plein de chemins possibles et de possibilités d’interventions, selon le développement du processus. Nous ne sommes donc pas dans une collection de techniques amenant des protocoles. Dans ce sens l’HTSMA a son propre modèle, qu’on pourrait appeler un non-modèle puisque ce processus est premier dans un travail où on va s’intéresser aux interactions entre les éléments et les mondes relationnels.

En novembre 2017, lors d’un atelier sur le thème de la psychosomatique, les stagiaires ont pu encore voir de manière très concrète la façon de travailler. Le thérapeute « entre » dans le travail avec le patient, en l’interrogeant dans un premier temps afin de « réduire » le problème. Pour ce faire, il reste au plus près de ce que dit le patient. Ce questionnement spécifique à l’HTSMA s’inspire à la fois des apports des thérapies brèves et d’une vision triangulaire des interactions : le cercle Intention, Action, Effets. Le thérapeute utilise les informations du corps, le verbal et le non verbal et ensuite l’imaginaire, qui fait le lien entre le mental et le corps, pour mettre en forme la problématique. Celle-ci va ainsi être externalisée et traitée comme une scène imaginaire en trois dimensions. Cette manière de faire induit une transe et active ainsi la bulle thérapeutique dans laquelle le thérapeute et le patient vont pou- voir suivre ensemble le processus qui se déroule dans la séance, lever les obstacles, et aboutir au final à une expérience d’unité. Ainsi donc, ce n’est pas seulement le corps et le mental du patient qui donnent des in- formations, mais également celui du thérapeute. Parfois même, quand le patient est dissocié, c’est le thérapeute qui fait le travail à la place du patient car c’est lui qui a les informations.
Mieux que de longs discours, je vous propose de découvrir le script d’une démonstration car rien ne vaut l’expérience pour comprendre de manière très concrète la clinique de l’HTSMA.

Je remercie ici Patrick Damge, médecin généraliste à côté de Marseille, qui a assisté à cet atelier et qui a scripté l’enregistrement de la démonstration. Je vous suggère de lire d’abord la démonstration en gras, sans les commentaires en italiques, afin d’en percevoir la fluidité. Et ensuite vous pourrez la reprendre avec les commentaires qui se veulent pédagogiques, pour mieux comprendre ce qui se passe.

Il s’agit d’une patiente qui présente un problème d’asthme récurrent.
Th. = Thérapeute / P. = Patient / MO = Mouvements oculaires devant les yeux du patient.
Tout ce qui est en gras indique ce qui se passe, les commentaires sont rajoutés entre parenthèses et en italiques.

Th. : Qu’est-ce qui vous amène ?
P. : Je souhaiterais être débarrassée de mon asthme, j’étais beaucoup mieux et depuis deux jours je suis à nouveau pas confortable avec mes poumons alors que j’étais plutôt tranquille depuis plusieurs mois.

Lire la suite
- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Nathalie VIEIRA, Infirmière en Réanimation, Chargée de Formation en Hypnoanalgésie au CHTIP et AP-HP

Formation Hypnose Medicale - jeudi 25 juillet 2019 - 10:49
Infirmière DE depuis 2002 à l'AP-HP (réanimation),
Formatrice en hypnose médicale dans son domaine de compétence (hypnoanalgésie, douleur aigüe, l’anxiété) à l'AP-HP, au CHTIP et à l'Institut Hypnotim de Marseille

Formée en EMDR - IMO au Stress Pré et Post-Traumatique


Formation en Hypnoanalgésie

Formation Hypnose Medicale - jeudi 25 juillet 2019 - 10:32
Interview de Florent Hamon, qui va animer une journée sur l'hypnose et la douleur aigüe Formation en Hypnoanalgésie au CHTIP Paris


- Florent, tu vas donner une journée de formation au CHTIP, est- ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette une belle journée ?


- J’avais envie de proposer aux étudiants du CHTIP, une journée essentiellement pratique, tournée sur l'apport de l'hypnose en douleur aigüe

Donc je vais me baser sur mon expérience qui a commencée chez les grands brûlés, et qui se poursuit aujourd'hui dans le cadre de tumorectomie de sein, où l'hypnose à une place et il y aura beaucoup de pratique.

Donc chaque étudiant pourra essayer une dizaine de techniques d'hypnose qui permettent de prendre en charge la douleur et chacun on pourra développer des outils qu'ils auront à disposition pour prendre en charge ces patients.



Formation en Hypnose au Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris

Hypnose Ericksonienne - vendredi 12 juillet 2019 - 22:18
Vidéo explicative sur le parcours en Hypnose Ericksonienne, Hypnose Médicale, Hypnose Thérapeutique au CHTIP, Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris.
Tronc Commun de formation en Hypnose Quand vous êtes soignant, quand vous êtes médecin, quand vous êtes praticien de santé et que vous voulez vous former à l'hypnose, il y a en général deux aspects qui peuvent vous intéresser.

Certaines personnes sont intéressées par la notion d'hypnose médicale, elles ont envie de pouvoir travailler sur la douleur aiguë, sur la douleur chronique, sur les douleurs qu'on peut susciter dans les gestes douloureux, sur l'anxiété du patient, sur certaines addictions et donc, ces personnes là, entrent dans le parcours hypnose médicale.

Il ya des personnes qui sont intéressés par l'aspect thérapeutique, ils peuvent être psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, ils peuvent être médecins généralistes mais intéressés par les aspects psychologiques et thérapeutiques, ils peuvent être aussi d'autres praticiens qui sont en lien avec des aspects psychologiques et psychothérapeutiques dans les prises en charge.

il y en a un certain nombre d'autres, les orthophonistes par exemple, mais aussi toutes professions de santé, les infirmiers en psychiatrie les infirmiers aussi parfois d'ailleurs toutes professions de santé qui confrontées à ces aspects relationnels et psychothérapeutiques et qui ont envie d'entrer dans ce parcours plutôt hypnothérapie.

Quelque soit votre souhait et votre parcours, pour nous, la base de la formation, la base de ce qu'on est censés apprendre, repose vraiment sur l'hypnose, l'apprentissage de base au CHTIP, c'est d'apprendre l'hypnose.

A l'intérieur de l'hypnose il y a deux parties dans l'année: il y a une partie des bases de l'hypnose et il y a une partie de notions d'hypnose avancée pour avoir une formation en une année, la plus complète possible et la plus large possible pour avoir des bonnes bases pour la suite.

Cette formation en hypnose fait treize journées. A partir de là, les parcours peuvent s'individualiser:


Cursus Hypnothérapie - Les personnes qui sont intéressées par l'aspect psychothérapie, assez naturellement vont pouvoir entrer dans l'année consacrée aux thérapies brèves.

Cette année là, consacrée aux thérapies brèves, vous allez apprendre des modèles de thérapie comme la thérapie narrative, la thérapie orientée vers la solution et toutes ces thérapies qui sont en fait inspirées, et compatibles avec l'hypnose telle qu'on la pratique.






Cursus Thérapies Intégratives, EMDR - IMO - Et puis par la suite, avec une formation en hypnose, une formation en thérapie brève, et bien ils pourront entrer dans la troisième année, les thérapies intégratives.

La thérapie intégrative qui consiste à intégrer au sein d'une même prise en charge, de l'hypnose, des thérapies brèves, des mouvements oculaires de type EMDR - IMO au service des problématiques variées que peuvent rencontrer nos patients, des douleurs chroniques au psycho traumatisme, en passant par les dépressions, les addictions et autres.
Cursus hypnose Médicale et Modules Complémentaires - Les personnes qui sont dans le parcours hypnose médicale, vont aussi faire cette formation de base à l'hypnose, parce que c'est la base de tout le travail et par la suite vont pouvoir assez naturellement s'orienter vers des modules complémentaires.

Les modules complémentaires se déroulent en général sur deux journées, et dans ces modules là, on essaye de développer une pratique spécifique.

Il y aura donc des modules complémentaires consacrés par exemple à la douleur aiguë ou à la douleur procédurale, celle qu'on fait dans les gestes douloureux,
des modules complémentaires qui sont consacrés à la douleur chronique,
des modules complémentaires qui sont consacrés par exemple au travail avec le mouvement qui est un module qui peut particulièrement intéresser les kinésithérapeutes et les ostéopathes,
des modules consacrés aux troubles du langage et qui intéresseront les orthophonistes.
des modules qui sont consacrés aux addictions, au tabac.
des modules complémentaires sur des pratiques un peu transversales: l'autohypnose par exemple, l'hypnose non verbale etc...


Masterclass et Supervisions Et puis bien sûr dans ces modules complémentaires, il y a aussi des Masterclass, des supervisions qui sont faites en général avec des praticiens expérimentés, chevronnés, qui ont une grosse expérience, un certain recul clinique et aussi dans l'enseignement, et qui peuvent aider les thérapeutes à se perfectionner sur des outils spécifiques.

Tout cela se passe sous forme de modules complémentaires, un petit peu à la carte, que les praticiens peuvent choisir pour se faire un profil de formation qui corresponde vraiment à leurs pratiques.

Bien entendu, les personnes qui ont fait la formation avec les thérapies brèves, les thérapies intégratives, ont également accès à tous les modules complémentaires pour encore plus se sur-spécialiser.

Donc vraiment je pense que c'est l'occasion d'avoir une formation la plus complète possible, la plus variée, et aussi la plus précisément possible, adaptée à la pratique de chacun.


Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Hypnose et anesthésie: suggestions verbales. Dr Laurence LE GOURRIER

Formation Hypnose Medicale - vendredi 24 mai 2019 - 13:57
Revue Hypnose & Thérapies Brèves n°52 Dr Laurence LE GOURRIER, Médecin anesthésiste réanimateur, formée à l’hypnose ericksonienne par Claude Virot en 2003 (« Hypnose, douleur aiguë et anesthésie »), puis par Jean Becchio (Diplôme universitaire en Hypnose clinique, Université Paris XI en 2014 ). En 2002 au Congrès Agora à Rennes, j’assiste à un atelier « hypnose et anesthésie » animé par Claude Virot. Je comprends immédiatement l’intérêt pratique de l’effet anxiolytique et analgésique des suggestions hypnotiques.

En effet, praticien hospitalier, je pratique « largue à mains nues » – mais gantées tout de même – l’anesthésie locorégionale (ALR) en orthopédie et en traumatologie. J’aborde donc des patients conscients, souvent algiques et très anxieux, les « piquant » à l’aveugle en utilisant un neurostimulateur qui provoque des mouvements de membres bien souvent fracturés. L’administration préalable d’anxiolytiques est insuffisante à leur confort, tandis que les morphiniques sont contre-indiqués. L’idée de pouvoir par simples suggestions vebales potentialiser une anxiolyse et induire une analgésie est prometteuse, laissant entrapercevoir une amélioration conséquente de la qualité des soins dans mon service. Je m’inscris rapidement à la formation « hypnose, douleur aiguë et anesthésie » (Emergences) qui débute six mois plus tard. Je suis accompagnée par une infirmière anesthésiste motivée. La forma- tion est très bien réalisée. Elle me permet d’introduire rapidement l’hypnose dans ma pratique au quotidien.

Un jeune homme arrive en unité de soins post-interventionnelle. Il hurle en se tenant le bras droit. Il porte un kimono. Il est allongé sur un brancard poussé par deux brancardiers du Samu. Une troisième personne accompagne, probablement un externe des urgences, yeux immenses, très empathique. Je m’approche. Le médecin urgentiste nous rejoint. Il me fait ses transmissions : 19 ans, luxation de l’épaule droite au karaté, échec de réduction aux urgences, pas d’antécédent médical. Indication de réduction sous anesthésie. Mon plateau d’ALR est prêt. Je me présente et informe ce jeune homme que je vais réa-iser l’anesthésie de son épaule en recherchant le nerf au niveau du cou. Sa réponse est : « Oh ! non. » Je prononce quelques mots rassurants, m’installe à ses côtés et dit à son oreille :
- « De quelle couleur est ta douleur ?
- Noire, elle est noire.
- Quelle forme ?
- Un point, un point noir.
- Regarde bien ce point noir attentivement. Tu vas remarquer que cette couleur peut se modifier. Devenir plus claire... changer... s’atténuer pendant que la fraîcheur va engourdir l’endroit ou je vais travailler. »Il ferme les yeux et les traits de son visage se détendent. Je désinfecte son cou et réalise l’anesthésie locale, puis l’ALR pendant qu’il me parle : « Elle devient marron... vert... orange... jaune... blanche. Elle est blanche maintenant... blanche... oui, blanche. » Quelques ratifications puis l’ALR est terminée. Il ouvre de grands yeux surpris (comme l’externe d’ailleurs).
- « Ce n’est pas l’anesthésie qui m’a enlevé la douleur, c’est la couleur !
- C’est probablement les deux. Vous avez une grande capacité de concentration. Vous pouvez réutiliser cela si vous en ressentez le besoin maintenant, ou peut-être plus tard. »
La réduction de la luxation est pratiquée avec facilité. Je réalise que les couleurs évoquées sont celles données au karaté à mesure de la progression technique acquise. Peut-être une régression en âge ? Je suis étonnée de l’efficacité de la réification sur cette douleur aiguë.

Lire la suite
- Commander le numéro 52 en version papier

- S'abonner à la Revue Hypnose & Thérapies Brèves

Formation spéciale "Hypnose et kinésithérapie". Jeanne-Marie Jourdren et Théo Chaumeil

Formation Hypnose Medicale - jeudi 23 mai 2019 - 16:51
Formation pour les kinésithérapeutes en complément d'une formation de base en hypnose médicale Prochaine session: 16 au 18 Septembre 2019 Public concerné: Kinésithérapeutes et tout professionnel de santé intéressé par le mouvement et la douleur chronique Pré-requis : Avoir suivi la formation de base en hypnose médicale de 9 jours au CHTIP ou dans un institut de la CFHTB. Durée : 3 jours Formateurs : Jeanne-Marie Jourdren, Kinésithérapeute et Théo Chaumeil, Kinésithérapeute Jour 1 - 16 Septembre : Techniques avancées de l’intégration de l’hypnose en kinésithérapie - Théo Chaumeil Au cours de cette journée, nous aborderons des exercices spécifiques d’hypnose intégrés à la kinésithérapie, incluant le toucher et le mouvement comme suggestion.

Nous verrons également que l’utilisation de le l’hypnose ne se réduit pas à l’hypnoanalgésie et qu’il n’est peut-être pas tout le temps nécessaire de « gérer la douleur pour gérer la douleur ».

Derrière cette phrase un peu confusionnante se cache un concept important : nous aborderons les facteurs psychosociaux dans la douleur et comment les prendre en charge avec l’hypnose lors de séance de kinésithérapie.

De plus, un attention particulière sera dédiée à l’autonomisation des patients et à la mise en place d’exercices d’auto-hypnose simples incluant toucher et mouvement.
Jours 2 et 3 - 17 et 18 Septembre: Revenir à l’essentiel: le corps et ses ressources - Jeanne-Marie Jourdren La marche, la façon de se mouvoir et tous les rythmes du corps sont une magnifique métaphore de la manière dont les gens avancent dans leur vie. L’observation de ces compétences qui allient motricité et sensorialité, informe le thérapeute sur les ressources du monde intérieur du patient.

La kinésithérapie est le soin du mouvement et le soin par le mouvement.
Notre métier est d’aider le patient à se remettre en mouvement, à retrouver ou recréer un mouvement pour bouger et avancer.
Bien plus qu’un simple apprentissage ou réapprentissage du mouvement, cette réadaptation intègre les sensations et toutes les émotions qui y sont reliées. Toutes ces ressources sensitives, motrices et émotionnelles forment le monde intérieur du patient. L’utilisation de ces nombreuses ressources constitueront la base des séances d’hypnose.

Ces trois jours de formations, nous amènerons à connaître et reconnaîre les bases fondamentales de la motricité, de la sensorialité et les émotions associées afin d’aider le patient à équilibrer son monde intérieur suffisamment pour continuer son chemin de vie en toute autonomie. Des outils simples et efficaces pour tous thérapeutes quelques soient leurs champs de compétences.


Infos pratiques Dates : 16 au 18 Septembre 2019
Durée : 3 jours

Lieu de la formation :
Espace hermès
10 Cité Joly
75011 Paris

Tarifs:
*Professionnel de santé ayant déjà suivi une formation au CHTIP / UTHyL: 562€50
*Professionnel de santé formé à l’IFH ou dans un institut de la CFHTB: 637€50
*Convention de formation continue : 750€
*Étudiants kinésithérapeutes, infirmiers: 420€



Supervision de thérapeutes avec Sophie TOURNOUËR, à Paris

Hypnose Ericksonienne - jeudi 23 mai 2019 - 08:00
Sophie Tournouër, Psychologue Clinicienne, Thérapeute Familiale, Hypnothérapeute à Paris. Prochaines dates: les 4 et 5 Février 2020. Cette supervision de 2 jours, proposée par Sophie Tournouër, Psychologue Clinicienne, Thérapeute Familiale, Hypnothérapeute à Paris, s’adresse à tous les professionnels de santé, et l’idée est de pouvoir adapter le cadre de son intervention à son patient, en fonction de la dynamique, des besoins du patient… l’idée est de vraiment partir de la pratique, quelque soit en fait sa profession et son type d’intervention, et de pouvoir s’adapter à ce vers quoi le patient a besoin d’aller en définissant des objectifs du patients en fonction de nos professions, pour pouvoir activer ses ressources...
Sophie Tournouër est Psychologue Clinicienne, Hypnothérapeute, Thérapeute Familiale et de Couple, elle pratique et enseigne les Thérapies Brèves Orientées Solutions.


Cursus
-DESS Psychopathologie clinique et interculturelle, Paris V René Descartes.

Formations en Thérapies Familiales
- DESU Thérapies familiales et pratiques systémiques, Paris 8.
- Perfectionnement en thérapies familiales, Centre Monceau.
- Groupe d’analyse familiale, CECCOF.
- Supervision clinique en thérapie familiale, APRTF.
- Résonances familiales, APRTF.

- Formation - Approche interactionnelle et stratégique de Palo Alto, IGB.
- Formation - Thérapies brèves orientées solutions, Familia.
- Formation - Thérapies narratives, Hexafor.
- Formation - Hypnose Ericksonienne, Thérapies intégratives, EMDR - IMO, CHTIP

Enseignement:
- Chargée de formation au CHTIP à Paris, et à Marseille à l'Institut Hypnotim

Chargée de Formation au CHTIP, Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris CHTIP, Membre de la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves www.formation-hypnose.com
Cabinet d'Hypnose et Thérapies Brèves de Paris 11
41 rue Oberkampf
75011 Paris

Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves 2019 à Montpellier

Hypnose Ericksonienne - lundi 20 mai 2019 - 20:26
L’organisation du 11e Forum de la CFHTB au Corum de Montpellier a été confiée à l’Institut Montpelliérain d’Hypnose Ericksonnienne Médicale (IMHEM), sous la présidence d’Isabelle NICKLES, qui est également viceprésidente de la CFHTB. Record d’affluence pour le 11e Forum de l’Hypnose Du 1er au 4 mai 2019, la Confédération Francophone d’Hypnose et Thérapies Brèves (CFHTB) organisait son 11e Forum de l’Hypnose. Carton plein pour cette première édition montpelliéraine, qui a réuni pour la première fois1150 professionnels de santé. 450 personnes ont également assisté à la conférence grand public qui s’est tenue samedi.

Un événement scientifique d’excellence « Un congrès d’une rare qualité, une organisation parfaite et qui fera date dans l’histoire de la CFHTB ». Professeur Gérard Ostermann Sur le thème Science, préscience, conscience : l’hypnose aux frontières du réel, le Forum, organisé tous les deux ans, fut l’occasion pour les professionnels du corps médical de se rencontrer, d’échanger, d’étudier et transmettre leur savoir-faire en matière d’hypnose thérapeutique. Ce ne sont pas moins de 200 spécialistes en neurosciences, hypnose médicale et thérapies brèves qui ont ainsi pu présenter leurs travaux.

Des innovations présentées.

Lieu de rencontre entre les professionnels de santé issus des quatre coins de la Francophonie, l’événement fut aussi l’occasion de présenter quelques innovations du milieu de la « healthtech ». C’est le cas par exemple de Reality Care, dont le concept a été présenté durant un atelier. Cette application mobile met l’hypnose en réalité virtuelle au service des infirmières et infirmiers libéraux : 100% nomade et à petit prix, elle permet au praticien de pratiquer ses soins de manière optimale, tout en diminuant le stress et/ou les sensations de douleurs du patient.

Le grand public à l’honneur.

Si l’événement s’adressait principalement aux professionnels, le grand public n’a pas été oublié. Samedi, une conférence débat s’est tenue sur le thème Quand l’hypnose investit la santé. Hypnose, autohypnose : état des lieux et indications. L’hypnose est en effet de plus en plus répandue grâce aux nombreux spectacles et shows télévisés, mais le public peut par conséquent en avoir une vision partielle et même erronée. Quatre experts ont ainsi pu mettre en lumière la réalité de cette pratique médicale. « Le succès de cette manifestation scientifique comme en témoigne la présence des 1150 participants ne laisse plus aucun doute sur la réalité bien établie de la pratique de l’hypnose médicale et des thérapies brèves dans le monde de la santé. Derrière cette frontière, un immense territoire bien réel s’ouvre à nous et beaucoup d’indications thérapeutiques restent encore à découvrir. L’humain n’a pas encore révélé tous ses secrets et l’hypnose médicale pourrait fort bien l’y aider. Je garderai deux mots qui traduisent le mieux l’essence de ce forum : science et bienveillance ! ». Isabelle Nickles, Présidente du Forum

A propos

La CFHTB regroupe les Instituts Milton Erickson et des associations de praticiens travaillant dans le champ de l’hypnose et des psychothérapies brèves. Elle représente environ 3000 professionnels de France, Belgique, Suisse, Luxembourg et du Québec. Elle assure une mission de formation médicale continue et organise tous les deux ans son Forum au siège de l’une des associations confédérées.
Interview du Dr Isabelle Nickles
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

L’Hypnose 2.0, rendant tout script obsolète et donnant naissance à la notion d’hypnose dissipative.

Hypnose Ericksonienne - dimanche 12 mai 2019 - 20:17
Gaston Brosseau, psychologue québécois, est lauréat du Prix honoris causa Piarre Janet (2011) décerné par le Groupement pour l’Étude et les Applications Médicales de l’Hypnose – PARIS, pour l’ensemble de ses travaux sur l’hypnose et aussi récipiendaire du Prix Milton Érickson 2018 d’Émergences-Rennes qui souligne une carrière d’hypnothérapeute d’exception. Au cinéma, Gaston serait le Seigneur des nanos-inductions ou encore le scénariste du Silence des nanos! MasterClass Ce qui est thérapeutique dans l'hypnose ce n'est pas l'hypnose, mais le basculement depuis un mode de représentation de la réalité en mode de présence, ce qui n’est qu’une autre façon pour dire "revenir à zéro". Je postule alors que tout se joue à ce moment-là au niveau du mieux-être ou de la guérison. Mon argumentaire met en exégèse, entre autres, la prédominance de l’aspect vital au détriment de l’aspect émotif dans le processus de guérison, m'épargnant du coup l'anamnèse si chère aux tenants de la thérapie dite classique

Dans la refonte de mon livre « L'hypnose, une réinitialisation de nos cinq sens - Vers l'hypnose 2,0, InterEditions/Dunod, avril 2018, au chapitre 2, j’élabore sur la question de l’existence de l’hypnose à partir d’observations cliniques qui ébranlent certains dogmes hypnotiques qu’il serait nécessaire de revisiter à mon avis. De plus, dans un texte publié chez Flammarion « être là, présent » mars 2018, j’avance qu’il faut dépasser l’inquiétude de notre performance pour faire place à la qualité de notre présence à l’autre.
La dernière intervention de Gaston BROSSEAU en Congrès...
Dr Jean BECCHIO (DIU Hypnose Clinique et Techniques d’Activation de Conscience PARIS XI) et Dr Philippe AÏM (UTHyL et CHTIP Collège Hypnose & Thérapies Intégratives de Paris) au 11ème forum de la CFHTB Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves, pour la dernière intervention en congrès de Gaston BROSSEAU
Laurent GROSS (CHTIP, Collège Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris), Gaston BROSSEAU et Laurence ADJADJ (Institut Hypnotim de Marseille), au Congrès Hypnose et Douleur 2018, organisé par Emergences Rennes (Dr Claude VIROT).
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Apprendre à poser les questions qui activent les ressources.

Hypnose Ericksonienne - dimanche 12 mai 2019 - 19:43
Dr Julien BETBEZE. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles MasterClass L’objectif est d’apprendre à générer des questions qui activent les ressources en vue de développer
les processus de réassociation.

La masterclass sera composée d’un rappel sur le lien entre le questionnement et la dépotentialisation
de la conscience. Il s’agit d’un questionnement comme « induction » du processus de transe, nous
pourrions dire plus précisément, un processus de facilitation et de stimulation de la transe. Le but sera
d’apprendre au thérapeute à inventer des questions pour construire une histoire alternative et
permettre au sujet de s’interroger et de prendre position sur ses choix de vie. La masterclass sera en
grande partie organisée sous forme de jeux de rôle pratiques à partir de situations amenées par les
participants. Il s’agit d’apprendre à co-construire des questions de façon interactive, dans le paysage
de la relation, de l’intention et de l’action, et de permettre ainsi au sujet de s’auto-questionner de
manière créative pour faire émerger de nouvelles possibilités de vie.

Psychiatre des hôpitaux, pédopsychiatre, chef du service d’accueil familial thérapeutique de Loire-Atlantique. Co-fondateur et responsable pédagogique de l’AREPTA, Institut Milton Erickson de Nantes. Formé en hypnose à l’IMHE de Paris par Jean Gaudin et les élèves de Milton Erickson, en thérapie centrée solution par Steve de Shazer, en thérapie stratégique à l’Institut G. Bateson, en thérapie narrative par Michaël White et David Epston. Formateur en France et dans les pays francophones. Auteur de nombreuses publications.
Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Du chamanisme aux Techniques d’Activation de la Conscience : Le génie intuitif de Bernheïm, Coué et Erickson

Hypnose Ericksonienne - dimanche 12 mai 2019 - 19:35
Dr jean BECCHIO, Médecin Généraliste, Praticien consultant en psychiatrie et en Soins Palliatifs AP/HP, Directeur DIU Hypnose Clinique et Techniques d’Activation de Conscience PARIS XI 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles MasterClass L’histoire de la conscience remonte au temps pré-historique du chamanisme, traverse les terres de l’histoire des religions jusqu’au XVIème siècle, découvre les arcanes de la médecine scientifique au XIXème siècle, semble trouver une explication rationnelle avec la psychanalyse jusqu’au milieu des XXème siècle, puis se moule dans les explications neuro-scientifiques du XXIème siècle. L’hypnose est omniprésente dans ce parcours depuis la transe chamanique, la transe magnétique, la suggestion braidienne, la méthode Coué, l’hypnose ericksonienne, pour évoluer au XXIème siècle vers le courant de la troisième vague de psychothérapies, les Thérapies d’Acceptation et d’Engagement (ACT) et les Techniques d’Activation de la Conscience (TAC). Nous montrerons l’évolution de l’hypnose vers les TAC, évolution qui dépose sur les étagères du Musée de l’Histoire de la Médecine des dogmes qui nous ont accompagnés jusqu’à l’aube de ce nouveau siècle. Nous vous apprendrons la structure, très simple d’une séance de TAC, dix points techniques qui puisent leur efficacité dans le solide trépied de l’Evidence Based Medicine, des résultats de l’expérimentation clinique et des découvertes neuro-scientifiques, en particulier la révolution du cerveau Neuro-Vasculo-Glial et du connectome. Projections de vidéos avec des patients et exercices collectifs seront au programme de cette MasterClass

Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

L'hypnose et l'établissement de l'objectif

Hypnose Ericksonienne - dimanche 12 mai 2019 - 16:21
Evgeniia Iakovleva. Université de psychologie et de sociologie de Moscou. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles. Objectifs
Montrer aux participants que la transe active les capacités creatives.

Contenu
Alexandre Luria, l"auteur de l'idée du polygraphe, disait que l'établissement des objectifs est une caractéristique essentielle du comportement humain. L'objectif - c"est un image conscient du résultat anticipe, a la réalisation duquel les actions de la personne sont dirigées. L'établissement de l"objectif est une partie inhérente d'une session de l"hypnose. L"objectif conscient organise les processus inconscients, activés au cours de la session, qui favorisent la réalisation de cet objectif. Ce processus a beaucoup de commun avec un processus créatif, dans lequel plusieurs investigateurs décrivent quatre étapes: la préparation, l'incubation, l'insight, la réalisation avec une vérification. Parmi ces quatre étapes l'incubation et l'insight sont étroitement liées aves les processus inconscients, déterminés par un objectif. Apres avoir pose un objectif conscient, on cherche, en transe, les souvenirs et les images, qui avaient dans le passe mène au succès et qui avaient évoqué les émotions positives (qui sont éprouvées ici et maintenant). Ces émotions positives sont liées avec l"objectif, qui est sature de l'énergie, grâce à laquelle il devient motivant. Les objectifs peuvent se rapporter aux changements, effectues dans le monde extérieur, aussi qu'aux changements, dont la personne effectue en elle-même. Nous envisageons les changements positifs, dont la personne aspire a effectuer en elle-même, comme une créativité. Les objectifs, qui, grâce au travail, effectués en transe, ont reçu un remplissage émotionnel, permettent à la personne de les réaliser, en utilisant ses propres ressources et les particularités individuelles, les plus conformes a sa personnalité. Un exercice en groupe est propose, dans lequel la communication avec les symboles du corps, des émotions et de la raison est effectue.

Mots clés
Objectif, transe, émotion, créativité, image, souvenir

Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Retrouver foi en soi après une perte d'intégrité corporelle

Hypnose Ericksonienne - samedi 11 mai 2019 - 19:30
Maryse BENEZET, Psychologue, Hypnothérapeute. IMETHO Institut Milton H. Erickson Toulouse Occitanie. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles. Objectifs:
Apprendre à utiliser l’auto-hypnose pour potentialiser la réparation de ses organes.
Stimuler ses capacités auto-réparatrices pour restaurer son intégrité psychocorporelle.
Savoir accompagner nos patients atteints de pathologies lourdes invalidantes.

Contenu:
J’ai bénéficié, en 1998, d’une greffe hépatique auxiliaire (conservation d’une partie de lobe gauche et transplantation d’un lobe droit de donneur), en raison d’une hépatite fulminante toxique médicamenteuse, conséquence indirecte d’une maladie tropicale.
J'ai bénéficié d'une transplantation hépatique auxiliaire (lobe droit de donneur et maintien d'une partie de mon lobe gauche).
Il s’agit donc d’un témoignage de ce vécu particulier qui a été, une fois dépassé l’état de sidération dû à l’annonce (transportée en coma depuis les Antilles), d’accepter, d’intégrer un organe venu « d’ailleurs », pour ensuite le « laisser mourir » afin que mon foie natif puisse se régénérer pour prendre le relais.
Les 2 mois d'hospitalisation puis les 18 mois qui ont suivi ont été marqués par un travail intense pour entrer en communication subtile avec « mes 2 foies » et les amener à cohabiter, véritable travail d'équipe.
Déjà habituée à la méditation, j’ai créé un espace/temps, sans savoir alors qu’il s’agissait d’auto-hypnose: tous les jours, plusieurs fois par jour, de façon quasi ritualisée dans certaines occasions et pour des objectifs précis, j’ai communiqué avec mon corps. Je l’ai aimé, je lui ai fait confiance, je me suis remise entre les mains de cette partie de mon intériorité que j’appelais « mon ange gardien », j’ai visualisé, réifié, utilisé tout ce que je voyais, percevais, pour guérir et vivre...
Dans mon travail de clinicienne, je reçois des patients souffrants comme un jeune homme en attente d’une greffe foie/reins, un homme amputé qui doit s’habituer à sa jambe artificielle, une jeune femme qui, après ablation d’un sein, doit choisir entre conserver l’autre ou l’enlever… chez lesquels j’utilise ce que j’ai vécu du lien entre notre esprit et nos organes.
Je propose un partage d’expérience autour du lien de soi à soi, dans le but de restaurer une intégrité psycho-corporelle qui aurait été perdue, ainsi que des exercices simples d'auto-hypnose pour aider nos patients à entrer en communication subtile avec leurs organes et réintégrer les parts de soi "abîmées".


Mots clés:
greffe d'organe, acceptation de l’autre (organe ou prothèse) en soi, intégrité psychocorporelle, auto-hypnose, potentialisation de notre énergie vitale, lien corps/esprit

Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Activer les ressources parentales pour accompagner l’enfant en situation de handicap.

Hypnose Ericksonienne - samedi 11 mai 2019 - 17:37
Christelle Lecellier, Psychologue, Hypnothérapeute, SESSAD APF FRANCE HANDICAP - Laval. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles. Objectifs:
Partager une pratique d'accompagnement thérapeutique des familles. Expliquer l'importance d'accompagner le traumatisme vécu par les parents. Montrer comment les parents peuvent s’outiller et activer leurs ressources. Expérimenter des outils.

Contenu:
Le handicap ou la maladie de l'enfant crée un cataclysme familial et parental. Les parents ont à faire face au traumatisme de l'annonce et à la prise en charge de la réalité de leur enfant. L'accompagnement psychique des familles permet de laisser partir des vécus traumatiques comme enkystés, ancrés au plus profond du parent.
Les familles ont besoin de s'outiller pour faire revenir l'apaisement, s'épauler dans la tempête, ou se reconnaître comme compétents. Les parents doivent aussi activer de la force et de l'énergie, pour guider avec bienveillance leur enfant sur un chemin souvent complexe.
Comment activer les ressources et les compétences parentales ? Au travers de situations cliniques, nous partagerons notre pratique thérapeutique auprès des familles, en mettant en lumière l'intérêt des métaphores et d'outils hypnotiques ajustés aux parents. Nous montrerons aussi l'intérêt de l’autohypnose pour aider les parents à s'étayer pour faire face à un quotidien parfois complexe. Nous proposerons enfin aux participants d'expérimenter ces outils d'accompagnement des familles.

Mots clés:
Hypnose avec les parents, Thérapie familiale, Traumatisme, Outils, Autohypnose, Créativité​.

Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Apports de l'hypnose dans la prise en charge des troubles du sommeil.

Hypnose Ericksonienne - vendredi 10 mai 2019 - 20:47
Dr Bouchra Ammor, Dr Marie-Noelle Farrie, Hypnothérapeutes, AMHYC. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles. Objectifs:
Les troubles du sommeil sont une plainte courante actuellement. Si la facilité est le recours aux hypnotiques ou autres molécules, souvent mal employées, de plus en plus la demande de prise en charge non médicamenteuse est recherchée par les patients et l’hypnose peut être une réponse adaptée.
Nous présenterons dans cet atelier les cas d’applications de l’hypnose dans les principaux types de troubles du sommeil ainsi que leurs limites thérapeutiques.

Contenu:
Comment déterminer la nature du trouble de sommeil ressenti par le patient ? La première approche consiste à spécifier la nature du ou des troubles présentés : nous introduirons rapidement les principales classifications (ICSD-3, DSM-5) ainsi que des arbres décisionnels et des questionnaires permettant de déterminer la conduite à tenir.
Nous aborderons les cas suivants :
- Les parasomnies (énurésie, somnambulisme, troubles alimentaires) : beaucoup sont notablement améliorées grâce à l’hypnose seule ou en lien avec d’autres méthodes.
- En chronobiologie , le retard de phase est amélioré chez l’adolescent par l’emploi d’hypnose ou d’autohypnose.
- Nous verrons que pour les insomnies, plusieurs cas sont à envisager selon leur type :
* Pour les insomnies psycho physiologiques : l’hypnose comme stratégie de traitement en complément des thérapies cognitivo-comportementales pour l’insomnie (TCC-I).
* Pour les insomnies secondaires à des pathologies source de douleur et d’inconfort (SRJS, Douleurs diverses…) : l’hypnose et l'autohypnose comme méthode de prise en charge de la douleur, permet de « l’apprivoiser » afin de laisser le corps et l’esprit se reposer
* L’insomnie est souvent un symptôme majeur accompagnant des troubles anxio-dépressifs : elle peut être le motif de consultation, l’arbre qui cache la forêt, et dans ce cas le thérapeute va aider à défricher, nettoyer et réparer. L’hypnose sera alors le pilier d’une psychothérapie intégrative.
- Dans les troubles respiratoires du sommeil, l’hypnose si elle n’est pas directement efficace, n’en reste pas moins une aide précieuse pour certains examens devant être faits sous sommeil induit, ou pour une meilleure acceptation et observance des traitements sous CPAP.
Des exercices pratiques, par exemple d’hypno-endormissement, seront proposés durant cet atelier après les questions réponses avec les participants.

Mots clés:
hypnose, troubles du sommeil, parasomnies, insomnies, troubles anxio-dépressifs, thérapie intégrative



Diffusé par hypnose-ericksonienne.org

Les mouvements vers la guérison dans la thérapie hypnotique : régression en âge

Hypnose Ericksonienne - vendredi 10 mai 2019 - 19:45
Dr Martine Oswald, Dr Michael Schekter. 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves à Montpellier. Organisatrice: Dr Isabelle Nickles. Objectifs:
Nous savons que le temps passe et que nous aurons toujours des problèmes. Par nos accomplissements nous créons les ressources et les forces intérieures nécessaires à faire face aux difficultés de la vie.
Lorsque les incidents traumatiques surviennent, notre cerveau déploie son système automatique de défenses qui aboutit à des solutions partielles pour que nous puissions continuer nos vies. Cependant ces solutions automatiques et partielles sont visibles par les symptômes codifiés de nos maladies mentales et psychosomatiques.
La thérapie par la régression en âge est une thérapie pour et par le patient motivé de changer intérieurement pour réduire ses symptômes et améliorer ses capacités à faire face à la vie. Le patient est accompagné par un thérapeute formé avec un certain savoir-faire et une attitude bienveillante et qui maintient la sécurité pendant le voyage.
 
Contenu:
Dans ce workshop, nous présenterons une méthode de régression en âge codifiée et accessible aux thérapeutes.
Elle permet aux patients d’évoluer en toute sécurité.
Après avoir codifié la situation perturbante et créé la cible, nous proposons de parcourir les étapes que le patient partage avec le thérapeute sous hypnose. Nous pouvons constater la construction des nouvelles expériences positives puis, par une manière particulière, leur intégration dans la vie de notre patient aujourd’hui. Il en résulte que les symptômes perturbants négatifs changent, diminuent et disparaissent.
Présentation par Powerpoint et vidéo de nos patients.
Pendant le workshop vous pouvez apprendre à codifier la cible représentant la situation perturbante et apprendre une méthode de stabilisation pour offrir au patient la sécurité nécessaire.

Mots clés:
Thérapie hypnotique, régression en âge



Diffusé par hypnose-ericksonienne.org
Syndiquer le contenu